Web Analytics
Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Boulimie, anorexie, ces maux qui touchent tellement de personnes

Pour de nombreuses personnes, le moment du repas est un véritable plaisir à savourer au quotidien. Manger représente pour elles un vrai moment de partage avec les personnes qui leur sont chères ou simplement un moment privilégié où elles se connectent à elles-mêmes, prennent le temps de s’occuper d’elles et leur bien-être. Malheureusement, à côté de ces personnes qui prennent du plaisir à table, il y a celles qui vivent l’alimentation comme un combat. Elles se sentent mal dans leur peau dès qu’elles pensent à la nourriture et à leur image corporelle.

On parle alors de troubles du comportement alimentaire (TCA) dont les plus connus sont : Les troubles boulimiques ou la prise excessive de nourriture et les troubles anorexiques se traduisant par une restriction alimentaire stricte. Deux conduites excessives qui dans leur paroxysme peuvent avoir des conséquences très graves sur la santé aussi bien mentale que physique. D’ailleurs, la boulimie et l’anorexie disparaissent rarement sans l’intervention d’un professionnel. Découvrons dans les lignes tout ce qu’il faut savoir sur ces pathologies qui touchent aujourd’hui autant les hommes que les femmes.

Qu’entendons-nous par boulimie et anorexie ?

Comme nous le répétons souvent chez Maverick Fitness, pour assurer le bon fonctionnement de l’organisme et surtout avoir de l’énergie suffisante pour affronter la journée, il est fortement recommandé de privilégier les repas équilibrés et bien proportionnés. Pour autant, les personnes qui souffrent d’anorexie ou anorexie mentale et boulimie que l’on appelle également boulimie nerveuse vont perturber cet équilibre. Elles vont soit manger très peu voire pas du tout dans le cas d’un trouble anorexique ou absorber très rapidement une grande quantité de nourriture en cas de boulimie.

La boulimie

La boulimie ou le besoin de manger sans faim.

Dans les faits, la boulimie se traduit par des épisodes d’hyperphagie (binge-eating). Il s’agit concrètement de crises pendant lesquelles le sujet va perdre totalement le contrôle et consommer des aliments de manière excessive sur une courte période (inférieur à 2 heures), généralement sans faim, sans plaisir. Et ce, jusqu’à l’inconfort gastrique sans pouvoir s’arrêter une fois qu’il a commencé.

Ces périodes sont récurrentes (au moins 2 fois par semaine) et peuvent durer de 3 à 6 mois. Cette frénésie alimentaire va ensuite entraîner un sentiment de honte, de culpabilité et de dégoût. On estime que l’hyperphagie (binge-eating disorder en anglais) constitue l’une des principales causes d’obésité chez la femme puisqu’elle altère la sensation de satiété.

L’anorexie

Anorexie ou restriction alimentaire sévère

L’anorexie quant à elle se traduit par des conduites de restrictions alimentaires sévères pouvant aller jusqu’au refus de s’alimenter. Les personnes souffrant de ce trouble ont généralement peur d’être ou de devenir gros. Ainsi, elles surveillent constamment leur poids et sont obsédées par leur apparence physique. Concrètement, le sujet va arrêter volontairement de manger même lorsqu’il a faim afin de maintenir un poids généralement très en deçà du seuil minimal recommandé pour sa taille et son âge.

Dans certains cas, le sujet développe les deux troubles en même temps. Dans ce cas, on peut parler d’anorexie avec accès boulimique. La personne atteinte de cette pathologie va alors alterner les périodes de restriction alimentaire stricte et les périodes de frénésie alimentaire ou de compulsion alimentaire. Puis, il va s’obliger à mettre en place des rituels compensatoires après la prise alimentaire pour se purger et éliminer l’excès de calories ingérées. Il peut s’agir de la pratique d’une activité physique intensive, se faire vomir ou encore prendre des médicaments comme les laxatifs ou diurétiques.

L’anorexie et la boulimie : pourquoi est-ce un problème grave ?

Bien que les conséquences de l’anorexie et la boulimie soient fondamentalement différentes, chez Maverick nous sommes intimement convaincus que ces deux troubles du comportement alimentaires peuvent avoir des répercussions très graves sur la santé de la personne qui en souffre.

L’anorexie mentale

Comme la personne souffrant d’anorexie est dans un état de sous-alimentation en permanence, des symptômes pouvant mettre en jeu sa vie peuvent survenir. Notamment :

  • amaigrissement extrême ;
  • trouble du sommeil ;
  • arythmies cardiaques ;
  • baisse de la tension artérielle ;
  • troubles digestifs ;
  • dysfonctionnement rénal ;
  • frilosité ;
  • perte de cheveux ;
  • diminution de la température corporelle ;
  • crise d’hypothermie chronique ;
  • affaiblissement du système immunitaire ;
  • anémie ;
  • problèmes de concentration
  • fatigue chronique ;
  • faiblesse musculaire ;
  • ostéoporose ;
  • aménorrhée ;
  • dégradation de la vitalité physique ;
  • complications somatiques ;
  • maux de tête chroniques.

En l’absence de traitement, l’anorexie mentale peut conduire au décès.

En ce qui concerne l’anorexie avec accès boulimique, elle peut entraîner une œsophagite si le sujet a recours aux vomissements pour se purger. Il s’agit d’une inflammation chronique de l’œsophage à cause des remontées de sucs gastriques acides de l’estomac. À terme, l’œsophagite peut conduire à une sténose pouvant provoquer des hémorragies digestives. Par ailleurs, les remontées d’acides peuvent également fragiliser l’émail dentaire et provoquer des lésions dentaires favorisant notamment les caries et le jaunissement des dents.

Boulimie nerveuse

Tout comme l’anorexie, la boulimie nerveuse peut avoir des effets très néfastes sur la santé de la personne qui en souffre. Dont des risques de développer des pathologies sous-jacentes principalement à cause de la surconsommation de nourriture et la prise de poids qui en découle. On peut citer notamment :

  • le diabète de type II ;
  • la cholestérolémie ;
  • l’hypertension artérielle ;
  • les cancers

Outre les dégâts physiques, l’anorexie et la boulimie peuvent également provoquer un état de détresse émotionnelle pouvant se traduire par :

  • un sentiment d’échec
  • des états dépressifs
  • une tendance à l’anxiété
  • des troubles du comportement ;
  • une grande sensibilité affective ;
  • une baisse de l’estime de soi ;
  • l’isolement social ;
  • une distorsion de l’image corporelle ;
  • des pensées suicidaires sous des formes plus graves ;
  • des sautes d’humeur ;
  • l’irritabilité.

Quelles sont les causes possibles ?

Avant tout, il est important de savoir qu’il existe différents facteurs qui peuvent entraîner des troubles anorexiques ou boulimiques. En ce sens, les causes peuvent être multiples et diverses. En voici quelques-unes :

Les facteurs génétiques et endocriniens

Selon les spécialistes, l’anorexie et la boulimie ont des facteurs héréditaires. Une récente étude réalisée sur des vraies jumelles a démontré que lorsqu’une jumelle souffrait d’un trouble alimentaire, l’autre avait 50 % à 70 % de risque d’en souffrir également. Ceci est particulièrement vrai en ce qui concerne l’anorexie. Dans cette optique, les enfants de femmes touchés par un TCA ont une prévalence élevée d’en souffrir à leur tour. D’autant plus que la génétique joue un rôle clé sur la morphologie. Or, un surpoids même léger au début de l’adolescence augmente grandement le risque de développer des troubles alimentaires.

Par ailleurs, de nouvelles données affirment que les personnes dont les gènes ont une influence sur le niveau de la sérotonine, de la dopamine ou le BDNF (brain-derived neurotropic factor) ont plus de risques de développer un trouble du comportement alimentaire. Pareillement, la baisse de l’hormone LH-RH qui est impliquée dans la régulation de la fonction ovarienne peut être entrée en jeu dans l’apparition d’un trouble alimentaire.

Les facteurs sociaux

Dans la plupart des cas, les TCA se déclenchent au moment de l’adolescence, lors des différentes modifications du corps du fait de la puberté. Soumis aux regards des autres et aux diktats de beauté qu’impose la société de manière générale, il arrive alors que ce dernier se sent mal dans son nouveau corps qui ne correspond pas tout à fait à l’idéal que l’on voit dans les magazines et les médias. Mal dans sa peau, se sentant trop gros ou pas assez dans certains cas, l’adolescent en quête de reconnaissance et émotionnellement fragile se laisse envahir par les pensées négatives vis-à-vis de son corps. C’est sur ce terrain que les troubles du comportement s’insinuent progressivement dans le quotidien.

Par ailleurs, comme la société impose aujourd’hui de nombreuses exigences sur les femmes aussi bien en termes de réussite professionnelle, familiale que personnelles, la maigreur peut être un moyen pour ces futurs adultes de ne pas rentrer dans ce monde rempli d’injonctions.

Adopter un nouveau lifestyle

Dans la même idée, des études ont démontré que la prévalence de la boulimie est aujourd’hui fortement liée à la société qui place trop de pression pour correspondre à une image de perfection. Les personnes plus susceptibles de réagir à toutes ces pressions perdent tout le contrôle sur leur appétit et font des crises de boulimie.

Tout le monde est différent et a un corps différent, la société nous impose tellement de modèles à suivre qu’il est facile de se perdre et ce pour un adolescent. Il faut donc inculquer dès le plus jeune age à nos enfants d’adopter ce lifestyle que nous mettons en place pour lutter contre l’obésité et éviter de se retrouver dans ce pourcentage de personnes souffrant d’anorexie ou de boulimie. Nous ne passons pas uniquement notre sens de l’entreprenariat et du business à nos enfants, mais également notre manière Maverick de vivre, qui nous permet d’être plus fort, plus mince, en meilleur forme et d’aimer ce que l’on voit dans le miroir !

À la suite d’un régime

Outre les facteurs sociaux et génétiques, les troubles alimentaires et plus spécifiquement l’anorexie peuvent se déclencher à la suite d’un régime draconien. Comme le sujet a une perception erronée de son corps, il ne peut plus arrêter de maigrir. Les mécanismes de faim et de satiété s’altèrent à cause de la privation de nourriture et viennent alors amplifier le phénomène. Tara Reid, l’actrice que nous avons vue dans American Pie par exemple, a adopté le KEN diet (Ketogenic diet Enteral Nutrition) créé par le docteur Shidrawi. C’est une cure sur 10 jours, durant lesquels vous allez vous nourrir par voie nasale. Ce genre de régime – et il en existe des tonnes – peut amener les gens à devenir anorexique.

L'anorexie peut survenir suivant un régime draconien
Tara Reid après le régime KEN

C’est pour cela que chez Maverick, nous ne parlons pas de régime mais de mode de vie. Manger de tout en quantité modérée et combiner à cela une activité physique 3 fois par semaine, éviterait de tomber dans le piège du régime. Inculquer ce lifestyle à nos enfants les empêcherait de prendre comme exemple toutes les personnes qu’ils voient sur les réseaux sociaux et par conséquent mettre leur vie en danger.

Facteurs psychologiques

L’apparition de la boulimie et l’anorexie ont également un lien direct avec la personnalité et les émotions du sujet. Généralement, les personnes ayant une faible estime de soi basée sur l’image corporelle sont plus sujettes aux troubles du comportement alimentaires. D’ailleurs, il faut savoir que ces deux TCA touchent bien souvent les adolescents qui ont du mal à s’affirmer. Des analyses menées sur la personnalité des personnes souffrant de boulimie et d’anorexie mettent en lumière des caractéristiques communes comme le manque d’initiative, d’affirmation de soi, le conformisme ou encore le manque de spontanéité. S’y ajoutent les pensées automatiques négatives qui conduisent bien souvent à de fausses croyances.

Les troubles psychologiques sous-jacents

Même si la boulimie et l’anorexie semblent également dépendre des différentes diètes que le sujet s’impose, il faut savoir que celles-ci surgissent plus spécifiquement chez les personnes qui présentent une vulnérabilité sur d’autres plans. Les principaux troubles psychologiques sous-jacents sont :

  • Trouble de l’humeur
  • Trouble anxieux
  • Dépression
  • Mal-être en général
  • Impulsivité
  • Abus de l’alcool, drogue, tabac…
  • Trouble de la personnalité

Comment combattre la boulimie et l’anorexie ?

Voici comment nous résonnons chez Maverick Fitness !  Même, si l’anorexie et la boulimie restent encore aujourd’hui des sujets sensibles, voire tabous, il est important de comprendre qu’une prise en charge rapide s’impose afin de limiter les dégâts qui peuvent être irréversibles sur la santé. Le traitement repose tout d’abord sur une prise en charge psychothérapeutique ainsi qu’une rééducation nutritionnelle. Ensuite, cette prise en charge doit également être sociale et familiale. Par ailleurs, comme chaque patient est différent, elle doit prendre en compte aussi bien l’âge du sujet que l’intensité du trouble.

Psychothérapie

Afin de permettre au patient de faire un véritable travail sur lui-même, la psychothérapie est particulièrement recommandée dans le traitement de l’anorexie et de la boulimie. Il s’agit d’une thérapie longue durée qui a pour principal objectif de modifier en profondeur les craintes et les croyances erronées qui alimentent le mauvais comportement. 

La thérapie interpersonnelle (TIP)

Initialement développée pour les personnes souffrant de dépression, la thérapie interpersonnelle (TIP) est aujourd’hui utilisée pour le traitement des TCA et se révèle particulièrement efficace. Cette thérapie brève de 12 à 16 séances a pour objectif d’identifier les relations interpersonnelles du sujet ainsi que les conflits plutôt que de se focaliser sur les troubles alimentaires en eux-mêmes.

Psychothérapies cognitives et comportementales

Dans la majorité des cas, les psychothérapies cognitives et comportementales sont recommandées pour traiter l’anorexie et la boulimie. Celles-ci s’attachent à apprendre au sujet à modifier le rapport de l’individu à la nourriture ainsi que ses croyances et de l’aider à instaurer de nouvelles habitudes alimentaires plutôt que de comprendre les causes du trouble. Entre autres, dans le cas d’une boulimie, les psychothérapies cognitives et comportementales permettent de mettre en lumière l’histoire alimentaire du patient, d’identifier les facteurs qui déclenchent les crises et de lui apprendre à adopter un comportement différent plus centré sur les sensations physiologiques telles que la faim et la satiété. En somme, les TCC pour traiter l’anorexie et la boulimie sont toujours associées à l’éducation nutritionnelle.

Traitement médicamenteux contre l’anorexie et la boulimie

Dans le cadre de l’anorexie et plus particulièrement l’anorexie avec accès boulimique, le Prozac et ses génériques sont généralement prescrits pour réduire la fréquence des épisodes d’hyperphagie (binge-eating) ainsi que des vomissements ou des prises excessives de laxatifs.

Ce sont des maladies à prendre très au sérieux dès les premiers signes. Adoptons les bonnes habitudes pour éviter d’aller dans ce genre de situation extrême et surtout apprenons à écouter notre corps et lui donner ce qu’il lui faut.

Ludo

Ludo

Nous avons commencé notre transformation physique à plus de 35 ans après une longue chute dans les travers de la société moderne. Nous souhaitons devenir la meilleure version de nous-mêmes. Pour maintenir ces résultats à maintenant 40 ans, il ne s’agit pas de suivre des régimes bizarres et de fatiguer son corps avec des entrainements exténuants. Prenez plutôt de la hauteur avec une vision à long terme en reprenant de bonnes habitudes. Chaque attitude simple et efficace mise en place fournira des résultats dans le temps. Il faudra les garder tout au long de votre vie, donc ne faites pas des choses intenables. On sait qu'à 50, 60, 70, 80 ans on aura toujours ce lifestyle de Maverick qui garde notre corps en forme. C’est tout simplement notre philosophie. Cliquez ici pour en savoir plus

Articles similaires

Le guide sur l’alcool et la perte de poids !
Ludo

Le guide sur l’alcool et la perte de poids !

Lorsque vous essayez d’atteindre des objectifs de remise en forme, vous pouvez faire preuve de plus de discipline et améliorer votre alimentation. 

Cependant, il ne faut pas arrêter complètement de vivre. Sortir et participer à des évènements sociaux ne doit PAS être mis de coté jusqu’à ce que vous atteigniez votre objectif.

Lire plus »
transformation physique à 40 ans
Ludo

Plan de perte de poids RÉALISTE à 40 ans !

Beaucoup de personnes de notre génération cherchent un plan de perte de poids pour retrouver la forme et de l’allure. Cependant, cela pêche souvent dans sa réalisation sur le long terme. Beaucoup de programmes fitness et de régimes peuvent briser la confiance que nous avons à maigrir et prendre du muscle. Cela ne veut pas dire que vous êtes incapable de maigrir, mais probablement que vous en avez trop fait ou fait des choses qui ne vous correspondaient pas !

Lire plus »
Optimiser sa testostérone à 40 ans !
Ludo

Optimiser sa testostérone à 40 ans !

Les hommes de plus de 40 ans, peuvent souffrir d’une baisse de leur niveau de testostérone, ce qui peut entraîner des symptômes tels que la perte de libido, la fatigue, la perte de muscle et la prise de poids. Heureusement, il existe des moyens de remonter ces niveaux, avec un mode de vie qui comporte les bons ingrédients.

Lire plus »

Laisser un commentaire